L’essentiel à connaître sur le 3ème pilier A en Suisse

C’est une obligation que de souscrire à une assurance, et les options sur ce plan en Suisse sont variées. Le 3ème pilier est une forme de prévoyance sociale vers laquelle vous pouvez vous tourner. Cette offre se présente avec diverses caractéristiques, qu’on va détailler au mieux dans les lignes suivantes.

Définition du 3ème pilier A

On parle de 3èmepilier A pour évoquer une formule d’assurance, qui s’adresse aux personnes dont l’activité quotidienne est lucrative, c’est-à-dire qui génère de l’argent. Elle va ainsi concerner autant les salariés que les travailleurs individuels, car chacun de ceux-ci va contribuer à la production de capitaux. Il est important de faire la distinction entre le 3èmepilier A et le 3èmepilier B, le second étant principalement une formule pour une prévoyance individuelle libre.

La confédération favorise les utilisateurs de cette formule, soit en permettant une déduction directe d’impôts sur leurs revenus à hauteur de leurs cotisations. Il existe tout de même des plafonds pour ce qui est de ces dernières. En 2019, on a un maximum de 6826 francs dans le cas où vous êtes un salarié ou un travailleur indépendant qui s’affilie à une institution de prévoyance.

A lire également  Un homme devient la première personne condamnée pour sexisme en vertu de la nouvelle loi belge.

Diverses modalités du 3ème pilier en Suisse

Vous pouvez bénéficier de cette prévoyance liée en approchant d’une compagnie d’assurance. Le fait de souscrire à un 3ème pilier en Suisse avec un tel professionnel inclut que vous signez un contrat avec diverses prestations. Parmi celles-ci, on peut évoquer diverses complémentarités par exemple pour les situations comme le décès ou si vous devenez invalides. Quant aux banques, il va être question d’un contrat pour une épargne, pouvant s’ajouter d’une prévoyance pour les risques.

En cas de décès, il se trouve un ordre précis pour ce qui est de qui sera le bénéficiaire d’une telle assurance :

  • D’abord le conjoint ou la conjointe si elle vit encore
  • Les enfants de l’assuré,
  • Ceux dont il prenait soin financièrement,
  • La personne qui a passé au moins 5 ans de vie commune sans interruption avec elle avant le décès, ou le tuteur d’un ou plusieurs de ses enfants
  • Les parents,
  • Les frères et sœurs,
  • Et enfin, les héritiers restants.

C’est faisable de changer cet ordre, mais seulement dans une certaine mesure.

Le moment d’accès aux prestations

On peut y accéder si la retraite est au plus tard dans 5 ans, et c’est valide autant pour les hommes que pour les femmes, quoique le moment de la retraite varie pour ces deux. On peut aussi évoquer un versement anticipé dans le cas d’un projet immobilier à usage personnel ou pour payer l’hypothèque de sa maison.

A lire également  Ce qu’il faut savoir sur la convention collective du portage salarial

Le tout peut aussi servir pour un rachat des années de cotisations par rapport à votre caisse de retraite. Un divorce est également un motif pour ce qui est d’un versement, ou encore d’autres conditions comme le fait de quitter la Suisse de manière définitive, ou pour les indépendants, s’il y a une modification dans l’activité de nature lucrative.