Comment choisir le statut juridique de son entreprise ?

Votre entreprise doit être une entreprise individuelle, une société de personnes, une société en commandite, une société à responsabilité limitée ? Se lancer en affaires exige non seulement la connaissance de votre métier, mais également la compréhension des lois aux niveaux local, régional et fédéral. Aujourd’hui, les dirigeants de petites entreprises ont de nombreuses raisons d’examiner la structure juridique de leurs entreprises. L’évolution des lois et le besoin de capital ne sont que deux des nombreux facteurs qui obligent les propriétaires exploitants à évaluer avec soin quelles structures juridiques répondent le mieux à leurs besoins. Ce mini-guide vous fournira les informations dont vous avez besoin pour vous aider à déterminer la meilleure structure d’entreprise pour vous.

Quelle structure juridique adoptée pour son entreprise ?

Afin de sélectionner intelligemment la structure juridique de votre entreprise, vous devez connaître les solutions les plus pratiques parmi lesquelles vous pouvez choisir. Une entreprise peut être structurée de plusieurs manières. Cependant, la loi classe les entreprises de sorte que la plupart d’entre elles relèvent de l’une des trois formes juridiques suivantes :

  • Entreprise individuelle
  • Partenariat global
  • Société

Chaque structure d’entreprise que vous êtes sur le point d’examiner a ses avantages et ses inconvénients. En général, il n’existe pas de bonne ou de mauvaise structure. Le choix optimal dépend uniquement de votre situation personnelle. L’entreprise individuelle est très facile à créer et n’exige pas trop de paperasse. Il s’agit d’une entreprise à propriétaire unique. Cependant, les seuls documents dont vous aurez besoin sont ceux nécessaires pour enregistrer un nom fictif si vous décidez de ne pas utiliser le vôtre et les licences dont vous aurez besoin pour commencer vos opérations.

La protection du patrimoine

Lorsque l’entrepreneur dispose d’un équilibre particulier qu’il souhaite préserver des fluctuations de son activité professionnelle, il peut s’orienter vers une petite structure comme l’entreprise individuelle en formant son patrimoine soigneusement influencé. Attention, il ne faut pas choisir un patrimoine sur laquelle les partenaires sont indûment et lourdement responsables de la dette sociale.

L’ampleur du projet et le régime social du dirigeant

En fonction de la taille du projet, certains cas juridiques sont plus pratiques que d’autres. En fait, ceux qui demandent des engagements sérieux sont généralement pris en compte dans des sociétés telles que la Société par actions ou la Société à responsabilité limitée. La société par actions permet de créer différentes catégories d’actions. Elle peut aussi prévoir la clause d’approbation, d’exception ou de non-disposition du Statut.

Chaque statut juridique correspond au système social du dirigeant. Ce dernier pourrait être « intégré » ou « non classifié »: les administrateurs de la société anonyme, la société en nom collectif, la société par actions simplifiée unipersonnelle contribuent aux mêmes fonds sauf dans la plupart des cas d’assurance-chômage et bénéficient de la même protection sociale. Le gérant majoritaire de l’entreprise unipersonnelle, le responsable de la propriété individuelle sont considérés comme des travailleurs non rémunérés. En inversement, une auto-entreprise est un cas très simplifié qui permet de créer une entreprise de petite taille avec moins de charges financières.