Quelle indemnisation pour un traumatisme crânien ?

De nombreux accidents peuvent causer un traumatisme crânien. Cela est par exemple le cas pour un accident de circulation. Les lésions peuvent entraîner de nombreuses conséquences sur la capacité de votre cerveau. Notez que vous avez le droit de demander une indemnisation si vous êtes victime de ce genre de situation.

Il faut avoir des preuves convaincantes

Il faut apporter les preuves nécessaires pour obtenir une indemnisation d’un traumatisme crânien. Elle peut être visible ou invisible selon votre situation. Notez ainsi que ce genre de problème peut se manifester sous 3 échelles, dont les suivantes :

  • Un traumatisme léger : ce genre de problème peut être difficile à déceler surtout que vous ne perdrez pas connaissance. Vous ne montrerez pas non plus aucune fracture au niveau de votre crâne.
  • Un traumatisme moyen : ce type de traumatisme peut causer une perte de connaissance pendant des minutes. Une fracture peut s’ouvrir sur le crâne.
  • Un traumatisme grave : en plus de la fracture, un traumatisme grave peut vous plonger dans le coma. Il faut dans ce cas intervenir de toute urgence pour éviter que la situation devienne incontrôlable.

Votre médecin établira un procès-verbal pour prouver le traumatisme.

A lire également  Novation

Le point sur l’indemnisation que vous pouvez avoir

Un traumatisme crânien peut parfaitement impacter sur vos comportements quotidiens. Vous pouvez subir des préjudices patrimoniaux ou extrapatrimoniaux en fonction de la situation. Vous pourrez dans ce genre de situation demander une indemnisation si vous apportez les preuves qu’il faut.

Vous pouvez ainsi vous baser sur la loi Badinter si les lésions sont causées par un accident de circulation. Notez que l’assurance de la personne responsable de l’accident sera engagée pour vous indemniser. Sa responsabilité civile ou pénale peut être engagée si l’accident est causé par une autre nature.

Il faut demander un « certificat de constatation des blessures » ou une « attestation médicale initiale ». Le document est indispensable en cas d’hospitalisation. Vous devrez aussi envoyer une déclaration d’accident auprès de votre compagnie d’assurance. Celle-ci réalisera ensuite une expertise médicale pour déterminer les préjudices.

L’indemnisation peut devenir complexe

La situation peut se compliquer en fonction de la situation. Il se peut par exemple que les impacts se manifestent assez tard. Vous risquez d’avoir du mal à prouver le problème si vous n’êtes pas assez intentionné. Vous devrez dans tous les cas vous tourner vers des experts médicaux. Des spécialistes juridiques comme des avocats peuvent vous accompagner pour obtenir une indemnisation. Il faut faire des liens entre l’accident initial et le traumatisme qui se manifeste.

A lire également  Publications électroniques : le Conseil autorise les taux réduits de TVA

Il se peut d’un autre côté que vous subissiez quelques gênes liées à votre réactivité. Il ne faut pas non plus négliger la rapidité de langage qui peut être freinée. D’autres situations peuvent aussi se manifester. Il faut dans tous les cas solliciter des spécialistes pour vous accompagner. Vous pouvez obtenir de l’aide si vous cliquez ici.

Ce qu’il faut faire en attendant

Vous devrez prévoir une provision sur l’indemnisation définitive sur les préjudices. Cela peut se faire en partant de la loi Badinter. Il faut alors contacter l’assureur responsable de l’accident qui agira pour votre compte en tant que victime. La demande doit être faite dans les 8 mois qui suivent l’évènement.

Cette option peut s’avérer efficace avant l’établissement de l’indemnisation définitive sur le dommage corporel. D’autres hypothèses peuvent aussi se manifester en fonction de la situation. Vous pouvez ainsi présenter un contrat qui vous protège des accidents domestiques ou de la vie courante.

Le traumatisme peut être causé par d’autres types d’accidents dans ces derniers cas. Vous pourrez dans toutes les situations demander un référé pour obtenir une provision après la décision du juge. Il est important que vous puissiez financer vos soins, peu importe le traumatisme crânien que vous subirez.