Tout savoir sur la fiscalité de l’auto entrepreneur

Pour être indépendant professionnellement et financièrement, vous avez décidé de vous mettre à votre propre compte. C’est pour cette raison que vous avez entamé les procédures pour devenir un auto entrepreneur. Mais avant de vous lancer, vous voulez savoir tout ce qu’il faut pour garantir la réussite de votre projet. Découvrez dans notre guide ce qu’il faut connaître sur la fiscalité de l’auto entrepreneur.

L’imposition de l’auto entrepreneur

En adoptant le statut d’auto entrepreneur, certains points de votre forme juridique sont semblables à ceux de l’entreprise individuelle. De ce fait, vous allez être imposé selon le régime BIC si vous intervenez dans le domaine commercial ou artisanal. Tout comme il est possible que vous soyez imposé selon le régime fiscal BNC comme avec les micros entreprises. Le calcul de vos impôts se fera donc en fonction de vos recettes et en se référant aux barèmes suivants :

  • Pour une activité de négoce, vos impôts équivaudront à la valeur de vos recettes perçues moins un abattement forfaitaire de 71 %.
  • Pour une activité libérale, les impôts seront égaux aux recettes perçues moins un abattement forfaitaire de 34 %.
  • Pour une activité de prestation de services, il sera déduit des recettes perçues un forfait de 50 %.
A lire également  Ce que dit le droit sur le Ramadan 

Pour faciliter la création et le bon fonctionnement de votre micro-entreprise, Pôle Auto Entrepreneur vous propose ses services. La plateforme https://pole-autoentrepreneur.com, vous propose un logiciel où vous pourrez créer votre petite entité, mais où vous pourrez également éditer vos factures et vos devis pour qu’ils soient conformes aux normes. Vous pourrez aussi optimiser vos encaissements et relancer vos clients pour les retards de paiements.

La franchise de TVA en auto entrepreneur

L’auto entrepreneur a droit à une franchise de TVA qui fonctionne comme le régime fiscal des entreprises commerciales. Grâce à cette franchise, vous ne serez pas dans l’obligation de porter la taxe sur vos factures. Ce qui a l’avantage de vous permettre de proposer des tarifs attractifs à vos clients tout en évitant de réaliser certaines déclarations TVA. Si vous créez votre auto entreprise dans l’évènementiel, c’est une option que vous pouvez envisager. Il faudra tout de même bien peser le pour et le contre, car avec cette franchise, vous ne serez pas exonéré des charges de TVA sur vos achats. Et il faudra par ailleurs inclure dans toutes vos factures la mention TVA non applicable, art. 239 B du CGI. C’est une obligation légale à respecter.

Le versement libératoire

L’auto entrepreneur peut également opter pour le versement libératoire d’IR. Cette méthode vous permettra de calculer vos impôts sur le revenu sur les recettes que vous avez encaissées tous les mois ou les 3 mois. Il prend donc la place du paiement des impôts sur le revenu et des charges obligatoires des auto entrepreneur. Le barème repose sur vos activités. En effet, si vous travaillez dans le secteur artisanal ou commercial, le montant à payer équivaut à 23,70 % de vos prestations. Pour les professions libérales, il est de 24,20 % contre 13,80 % de la prestation pour les activités de ventes ou d’achats de marchandises et des activités d’hébergement.

A lire également  Pourquoi vendre une marque enregistrée, mais inutilisée ?