Un avocat doit-il porter une robe ou un costume au tribunal ?

Certes, un costume à la mode fait toujours bonne impression, seulement, dans le cadre de son travail un avocat doit porter une robe au tribunal malgré les évolutions qui se sont succédé depuis sa création.

Origine et évolution

L’origine de la robe est sans doute assez obscure, car aucun texte ne relate sa création. Seulement, on sait que l’avocat portait le costume clérical classique composé d’un vêtement talaire noir à larges manches et d’un capuchon dont les deux cornes retombaient sur les épaules sous l’ancien régime. Le chaperon fut ensuite remplacé par la toque (symbolisant l’indépendance des avocats qui possèdent seuls le pouvoir de plaider couvert devant les juridictions. Il fut par la suite d’usage de l’attacher sur l’épaule gauche. L’épitoge à rang d’hermine était alors née et n’était portée que lors des audiences solennelles notamment en Cour d’assises. Jusqu’au début du XVIIIe siècle, les avocats portaient cette robe en toute occasion, mais les vêtements de ville la remplacèrent peu à peu jusqu’à sa suppression définitive à la Révolution. La robe traditionnelle et son port aux audiences et cérémonies de l’Ordre ont par contre été rétablis par un décret du 2 nivôse an XI du temps de Napoléon 1er. Il s’agit de la robe d’aujourd’hui, mais sans épitoge. Le port de la toque est aujourd’hui tombé en obsolescence dans la plupart des barreaux, mais dans les cérémonies officielles, il reste d’usage.

Fondements et réglementation

Le port de la robe rassemble de nombreuses significations :

  • À pour fonction de marquer publiquement l’autorité attachée à l’exercice de la justice et d’assurer l’égalité d’apparence des différents membres du barreau.
  • Elle fait office de costume et évoque le caractère sacré de la justice.
  • Elle est une protection permanente de l’avocat : son port lui permet de favoriser une certaine distance avec ses clients et d’acquérir une autorité indispensable auprès des magistrats lors de la plaidoirie.

Avocat : quelle tenue est faite pour lui au tribunal ?

Dans l’exercice de ses fonctions judiciaires, la rose se voit comme le costume de profession d’un avocat suivant les termes de l’article 3 de la loi du 31.12.1971. Ceci dit, l’avocat doit donc porter la robe lorsqu’il travaille au Palais de justice et exerce ses fonctions judiciaires. Il est donc normal qu’il  la porte devant les juridictions que devant les magistrats chargés des instructions ou des conciliations. S’il participe par contre à des opérations d’expertise, il est dispensé de son port obligatoire. En portant sa robe, l’avocat peut pénétrer dans toutes les salles d’audience publique et peut même s’asseoir au banc de la défense. L’avocat doit également se présenter en robe devant l’instance chargée de l’affaire s’il fait l’objet de poursuites disciplinaires.