Cycle de vie d’une entreprise : les différentes étapes

Le cycle de vie d’une entreprise s’entend comme les principales étapes de son évolution et de son fonctionnement. Chacune de ces étapes a des caractéristiques précises. Que vous soyez chef d’entreprise ou que vous nourrissiez un tel projet, soyez au fait de ces étapes afin de les amorcer sereinement en temps opportun.

La création d’entreprise

Tout naturellement, la première étape du cycle de vie d’une entreprise est celle de sa création. Elle matérialise la naissance de la société. Si vous possédiez déjà une entreprise, vous devez la fermer avant d’envisager la création d’une autre. De même, il faudra songer à la cessation d’activité entreprise individuelle, si votre objectif est de concrétiser un projet de création de sociétés.

Outre ces considérations, c’est au moment de la création que vous devez déterminer la forme juridique de votre entreprise, et analyser toutes les implications juridiques, sociales, fiscales et organisationnelles. La phase de création permet aussi de mettre en place les fondations sur lesquelles la société va reposer durant le reste de son cycle. Il s’agit d’une étape délicate.

Le développement

L’étape de développement est celle où l’entreprise amorce sa croissance et commence à bénéficier d’une réelle position sur son marché. La croissance à ce niveau peut s’analyser au bout de 3 ans, délai au cours duquel l’entreprise commence à voir son chiffre d’affaires augmenter. De même, à l’étape de développement, le portefeuille client de la société s’enrichit.

A lire également  6 conseils pour réussir une levée de fond

Parallèlement, l’image de marque et la réputation de la société se font remarquer d’une manière plus saisissante qu’à ses débuts. Pendant ce temps, l’entreprise recrute afin d’agrandir son effectif pour mieux faire face à une demande devenue elle aussi plus conséquente. Si à l’étape du développement les voyants sont souvent au vert, l’entreprise se doit de continuer à travailler pour grandir.

Création, développement, prospérité et arrêt, etc. les principales étapes du cycle de vie d'une entreprise

La prospérité

La phase de prospérité s’inscrit dans la veine de la croissance de l’entreprise. Elle en est d’ailleurs la suite logique, pour peu que l’entreprise ambitionne de s’agrandir. À l’étape de la prospérité, l’entreprise est désormais considérée comme à maturité, et peut s’inscrire durablement. On estime qu’à cette étape du cycle de vie de l’entreprise, celle-ci a fait ses preuves.

Cette prospérité s’apprécie à la lueur d’un CA désormais important, et en constante évolution. Sa situation comptable saine et son management efficace en sont aussi la preuve. De même, le niveau d’endettement mesuré de l’entreprise traduit aussi sa maturité : c’est une preuve de sa prospérité. Selon les entreprises, leur domaine et leur politique commerciale, la prospérité se manifeste aussi par une internalisation des activités, et un changement de dimension de l’entreprise.

L’arrêt de l’activité

Dernière étape du cycle de vie d’une entreprise, l’arrêt de l’activité. Son appellation en dit long. L’arrêt marque la cessation définitive des activités de l’entreprise. Elle peut être envisagée à l’initiative volontaire du chef d’entreprise qui souhaite peut-être tenter une nouvelle aventure, se retirer du monde des affaires, etc. L’arrêt est aussi possible lorsque l’activité prospère et que le chef d’entreprise estime qu’il en tirera un grand avantage financier en vendant l’entreprise.

A lire également  Salarié : saisir l’inspection du travail

Cependant, il ne faut pas perdre de vue le fait que l’arrêt puisse être justifié par le déclin de l’entreprise. Dans ce cas, c’est que l’entreprise fait face à un ralentissement de sa croissance, lequel peut aboutir à une cession de l’entreprise repreneur. Il est aussi possible de faire l’option d’une fusion-acquisition pour aboutir à la création d’une nouvelle entité.