La contre-expertise incendie

Suite à un incendie, vous aurez à réaliser des réparations au niveau de votre construction et de son contenu. Pour obtenir une indemnisation, vous aurez besoin de votre assurance habitation. Votre compagnie d’assurance va d’ailleurs mandater un expert qui va réaliser une évaluation des dommages provoqués par l’incendie. De cette manière, elle pourra vous faire une offre d’indemnisation. Il est possible que cette offre soit dérisoire. Si vous n’êtes pas en accord avec ce que votre assureur propose, vous pouvez entamer une contre-expertise. Mais c’est quoi exactement une contre-expertise et comment la demander ? Suivez notre guide. 

Qu’est-ce que la contre-expertise incendie ?

Suite à un incendie, avant de vous indemniser, votre compagnie d’assurance habitation va mandater un expert afin d’évaluer les dégâts que le sinistre a entraînés. C’est après cette expertise qu’elle pourra vous proposer une offre d’indemnisation. Cependant, cette offre de l’assureur est souvent dérisoire et ne pourra pas couvrir la réparation de tous les préjudices que vous avez subis. C’est pour cette raison que vous avez décidé de rechercher un recours. La demande de contre-expertise incendie est la solution à votre problème.

A lire également  Les avocats de Casa défendent leur monopole

En effet, il s’agit de réaliser une réévaluation des dommages que l’incendie a provoqué par un expert indépendant que vous avez sélectionné ou que le tribunal a désigné. Ceci pour que vous puissiez obtenir une indemnisation suffisante à la hauteur des avaries suite à l’incendie. Par cette contre-expertise, l’expert va :

  • Déterminer la cause de l’incendie.
  • Faire la liste des dégâts matériels que l’incendie a provoqué et les chiffrer.
  • Vérifier que les dommages que l’incendie a provoqués sont couverts par votre contrat d’assurance habitation.
  • Déterminer les circonstances de l’incendie.
  • Définir les actions à mener afin de prévenir les incendies futurs.

Comment demander une contre-expertise incendie ?

Après avoir consulté le rapport d’expertise et l’offre d’indemnisation de votre compagnie d’assurance, vous vous êtes senti lésé. En effet, la proposition de votre assureur est très basse et ne vous permettra pas de prendre en charge des dommages que vous avez subis à cause de ce sinistre. Vous n’êtes d’ailleurs pas dans l’obligation d’accepter cette offre. Comme votre contrat le stipule, vous avez le droit de la contester. Pour cela, vous allez demander une contre-expertise incendie. Dans cette démarche, la première chose que vous allez faire est de notifier votre assureur de votre décision. Vous allez donc envoyer en lettre recommandée avec un accusé de réception votre décision de demander une contre-expertise avec les raisons qui justifient votre démarche.

A lire également  Comment porter plainte contre une curatelle ou une tutelle : les démarches à suivre

Ensuite, vous allez contacter un expert en incendie. Vous allez lui demander de réaliser la contre-expertise incendie. Pour faciliter son travail, vous allez d’ailleurs lui fournir toutes les informations dont vous disposez. Son évaluation peut prendre 15 jours ou plus en fonction de l’ampleur des dégâts de l’incendie et de la complexité de votre dossier. Il est important de souligner que le paiement des honoraires du contre-expert sera à votre charge sauf si vous avez une garantie honoraires expert. Dans ce cas, la facture sera prise en charge partiellement, selon un plafond ou entièrement par votre assureur.

Quels sont les issus d’une contre-expertise incendie ?

Le contre-expert va rédiger un rapport de son évaluation. Ce rapport peut confirmer qu’il y a eu une sous-évaluation des dégâts de l’incendie qui a ravagé votre logement. Mais il peut aussi confirmer le rapport réalisé par l’expert de votre assureur. Dans le cas où la contre-expertise est en votre faveur, les deux experts vont négocier afin de déterminer la meilleure offre d’indemnisation pour vos dommages. Dans le cas où elle rejoint le rapport de l’expert de votre assurance, vous pouvez toujours refuser la proposition d’indemnisation. Dans ce cas, vous allez entamer d’autres procédures pour faire valoir vos droits.