Les avocats de Casa défendent leur monopole

Face à la rude concurrence qui se fait sentir dans le secteur, le barreau de Casablanca a décidé de prendre les choses en main. Dans cette optique, des avertissements ont été lancés à l’égard de nombreuses entités. Nous allons voir dans la partie qui va suivre les enjeux de cette tentative initiée par les avocats de Casa.

Les mises en garde énoncées par le barreau de Casablanca

Les avocats de Casa n’ont pas hésité à faire part de leur mécontentement à l’encontre de différentes parties qui, d’après eux exercent dans des domaines qui relèvent uniquement de la compétence des avocats. Parmi ces entités figurent les sociétés de recouvrement, les cabinets étrangers de conseil juridique ainsi que les huissiers de justice. Selon les dires du bâtonnier, de nombreux collaborateurs ont porté plainte.

L’appel lancé par Me Birouaine

D’après le bâtonnier, face au conflit d’intérêts, des mesures ont été prises par le Conseil de l’ordre. Toutefois, aucune précision n’a été soulevée concernant les enjeux des démarches. Me Birouaine lance un appel à ses confrères afin de lui transmettre n’importe quelle information qui pourrait avoir des rapports à ce sujet.

La remise en question du monopole de droit

Le métier de conseil n’est pas réglementé au Maroc. Effectivement, le monopole de droit n’a pas sa place dans ce domaine. Ce constat est valable, même dans une mission de conseil juridique. C’est une situation désagréable, étant donné qu’en termes de sécurité juridique, la standardisation serait bénéfique aux clients, considère une source issue d’un cabinet marocain.

L’augmentation des cabinets internationaux 

La recrudescence des cabinets internationaux se fait vivement sentir, ce qui compromet considérablement les cabinets locaux. Mais est-ce qu’on peut vraiment parler de concurrence entre ces deux entités ? En effet, elles n’exercent pas dans le même secteur d’activités. Les interventions des avocats locaux sont axées généralement sur le contentieux. En outre, selon les affirmations d’un correspondant d’un cabinet international, les cabinets de conseil dirigent régulièrement le volet contentieux vers les collaborateurs locaux.

Les conseils juridiques : la situation en France

En France, il y a une dizaine d’années, la fusion des deux professions a donné naissance à un seul corps. À l’époque, d’après notre interlocuteur, l’intégralité des conseils juridiques a été transférée de facto au barreau de Paris. Aussitôt, l’exercice du conseil juridique dans l’Hexagone est voué uniquement aux avocats.

Le paradoxe du monopole

Sans tenir compte du cadre légal, la situation du monopole est plutôt contradictoire d’après notre source. D’un côté, l’État accorde la reconnaissance ainsi que le statut Casa Finance City aux cabinets internationaux. De l’autre côté, ils doivent affronter l’hostilité du barreau. Une hostilité obscène par rapport au rôle que ces parties occupent pour la participation au Maroc